Close

Blog

Voyage robotique au Japon

Atelier du 30 septembre 2020 de 15h à 17h à la Bibliothèque des Minoteries Un androïde qui vient nous servir du thé en souriant… Troublant ? Est-ce une idée contemporaine, de fabriquer des robots à notre image ? L’amour des Japonais-e-s pour les robots remonte à bien longtemps. Tout a commencé avec les Karakuri, automates japonais, ancêtres des robots humanoïdes d’aujourd’hui. Les intervenantes de Kidimake ont commencé l’atelier par des explications sur les Karakuri et la relation qu’ont les Japonais-e-s avec les robots. Ensuite, elles ont montré plusieurs Karakuri de carton, ont proposé aux participant-e-s, aux âges très divers, d’actionner les mécanismes et de comprendre comment ça marche. Ça a été ainsi l’occasion de revoir différents types de mécanismes qui produisent le mouvement, comme les cames, les engrenages, les manivelles. Les enfants nous ont épaté-e-s par leurs connaissances et leur capacité à expliquer ce qu’ils et elles comprenaient du mécanisme. Les enfants avec leurs parents ont ainsi pu construire leur « Chat infatigable ». Infatigable à quoi? À jouer avec un rouleau de papier toilette! Toujours dans les mauvais coups, ces matous! Un cours historique, un cours de mécanique, de la création parents-enfants, voici un atelier riche d’apprentissage, merci aux intervenantes de Kidimake! -> Voir le site de Kidimake-> Voir les autres ateliers donnés à l’Espace le 4e de la Bibliothèque de la Cité, dont certains par Kidimake

En savoir plus

Retour en images sur les ateliers de septembre au 4e

De la robotique… Intervenants : Futurekids, Kidimake, Fun Robot Academy Une partie des ateliers de septembre 2020 à l’Espace le 4e avaient pour thématique la robotique. Les participant.e.s, entre 5 et 12 ans, ont construit des vaisseaux spatiaux, des caroussels et des machines à dessiner avec des kits Lego. Une fois les robots assemblés, les enfants ont appris quelques bases de programmation pour pouvoir les animer ! Des jeux vidéo… Intervenants : Le Fablab Onl’Fait, Bibliothécaire Le jeu vidéo est toujours à l’honneur au 4e. En ce mois de septembre 2020, l’atelier découverte Jeu Vidéo proposait de tester des jeux de course. Les participant.e.s ont notamment perdu patience en incarnant des cyclistes en difficulté, ont coopéré pour finir les premiers en équipe et ont principalement essayé de rester sur la route sans se perdre dans les décors. Mais ce n’est pas tout, on fabrique également des consoles de jeu vidéo au 4e ! C’était le cas dans l’atelier animé par le Fablab Onl’Fait. Les participant.e.s ont construit une mini-console Ardugirl. Des monstres Instagram… Intervenants : Ivan Gulizia Dans cet atelier, les participant.e.s ont créé des filtres Instagram. Retour en images sur cet atelier ici. … Et du Stop Motion ! Intervenants : Bibliothécaire Dans cet atelier pour le jeune public (6-12 ans), les participant.e.s ont créé un court film d’animation en Stop Motion. Dans un premier temps, chaque groupe a élaboré un scénario en dessin. Des Legos et des papiers colorés ont ensuite servi à créer les décors et les personnages du film. Chaque groupe a ensuite pris de nombreuses photos pour fabriquer son film d’animation à l’aide de l’application Stop Motion Studio. Les ateliers d’octobre à l’Espace le 4e Le programme des ateliers d’octobre au 4e est disponible ici. Il y a de la réalité virtuelle avec Futurekids, de l’aide pour emprunter ses livres numériques, du jeu vidéo, un atelier sur la manipulation des images pour les adolescents et un atelier d’impression 3D sur deux jours avec Eduka3D pendant les vacances d’octobre. Inscriptions pour les ateliers du 4e Toutes les inscriptions se font sur www.bmgeneve.agenda.ch dans la section « Cité – Espace le 4e ».

En savoir plus

Votre monstre intérieur

Atelier de création de filtres snapchat Ras-le-bol des filtres « chat mignon » sur les réseaux? Vous sentez-vous plutôt d’humeur à sortir vos griffes ou à cracher du feu? C’est ainsi qu’était présenté l’atelier « Votre monstre intérieur », adressé aux pré-ados/ados entre 10 et 16 ans. Nous avons discuté avec les participant·e·s de ce qui faisait le monstrueux pour elles et eux, qui étaient les monstres dans les films ou dessins animés vus, et le rapport (ou non-rapport) à la méchanceté. Ici, nous sommes parti·e·s du principe que chacun·e pouvait imaginer quel monstre méchant de fiction il ou elle pouvait être. Après un test qui leur proposait quel monstre intérieur chacun·e était, les participant·e·s ont dessiné leur monstre sur papier puis se sont essayé à le représenter sur leur propre visage avec l’application de création de filtres de visage « Lens Studio ». Atelier animé par Ivan Gulizia, designer et illustrateur

En savoir plus

Vivre avec les monstres

Nouvelle saison, nouvel espoir de vivre avec nos monstres. Après l’annulation ou le report des événements du semestre dernier, voici une programmation toute fraîche pour la saison à venir. L’ensemble de la programmation est sur notre agenda papier. Notre agenda en ligne est mis à jour tous les mois sur : http://institutions.ville-geneve.ch/fr/bm/ Ce semestre, beaucoup d’ateliers et évènements sont sur inscription afin de gérer le nombre de participant-e-s et de prendre des mesures Covid adaptées. Tout est sur https://bmgeneve.agenda.ch/ Quant aux évènements plus spécifiquement numériques sur le thème des monstres, ça commence dès le mercredi 9 septembre!

En savoir plus

«Un Luna-Park oublié sous un parc» et «Tambora, Pyramus, Frankenstein», deux parcours-récits à suivre avec ses oreilles et ses pieds

Les deux parcours-récits mis en place au parc des Eaux-Vives et aux Conservatoire et Jardin botaniques restent en place jusqu’à l’automne avec leurs codes QR accrochés aux arbres, dans le prolongement du programme De parc en parc 2020. Un Luna-Park oublié sous un parc et Tambora, Pyramus, Frankenstein vous invitent à une plongée dans des histoires liées à ces lieux, immergées dans un passé oublié ou méconnu et «téléconnectées» à notre actualité. Infos ici (cliquez sur les titres):UN LUNA-PARK OUBLIÉ SOUS UN PARC (parc des Eaux-Vives)TAMBORA, PYRAMUS, FRANKENSTEIN (Conservatoire et Jardin botaniques)

En savoir plus

Un laboratoire qui invente des plantes, un récit qui connecte le monde

Vendredi 24 juillet Catalogue imaginaire de plantes effrayantesC’est l’histoire d’une feuille qui se transforme en un serpent avec des cheveux. Ou d’un arbre qui évoque un épouvantail déplumé qui crache du feu. Ou – au rayon des monstres mignons – d’une pomme de pin sur laquelle poussent des pétales comme sur une fleur des prés. Ces espèces végétales n’existaient pas avant vendredi dernier. Les enfants (et un peu les parents) participant à l’atelier Catalogue imaginaire de plantes effrayantes les ont inventées, leur donnant vie à partir de quelques détails photographiés dans le Jardin botanique et de l’application Pages installée sur des tablettes. Les voici au travail et voilà, plus bas, quelques résultats… Le Parc augmentéImaginez que quelque chose se passe, très loin de nous, une chose à la fois énorme et quasiment inaperçue, et que cette chose change nos vies de plein de manières, sans que nous sachions qu’elle a eu lieu… C’est ce que raconte le parcours-récit TAMBORA, PYRAMUS, FRANKENSTEIN: une histoire en forme de réseau qui connecte une éruption volcanique en Indonésie, une prophétie annonçant la fin du monde un 18 juillet, les usages sorciers de l’électricité, la bouderie mutuelle entre Genève et Mary Shelley, une révolte sur la place du Molard autour d’un stock de patates… Les visites guidées de ce parcours sont terminées, mais on peut écouter le récit en suivant le plan disponible ici et en flashant avec son smartphone les codes QR cachés dans les frondaisons comme dans les photos ci-dessous… On peut également s’immerger dans cette histoire sans bouger de chez soi, en cliquant sur les liens en bleu au même endroit.

En savoir plus

En zigzag à travers les plantes et la pluie…

Mercredi 22 juillet, Aujourd’hui deux grandes tentes sont dressées devant la Mobithèque par les médiatrices et les médiateurs des Conservatoire et Jardin botaniques, fort heureusement…L’atelier « Ces plantes incroyables qui pulvérisent tous les records », démarre et le public part à la découverte de ce magnifique parc, qui est en réalité un musée à ciel ouvert avec des trésors et des raretés botaniques en provenance des quatre coins du monde…Retour sur le site principal de la Mobithèque et arrivée intempestive d’une pluie battante, qui oblige les participants à s’abriter sous les tentes salvatrices. Petite accalmie pour le départ du deuxième atelier « La plus monstrueuse des carnivores! », qui fait carton plein malgré le temps plus que maussade. Ce dernier après-midi de carte blanche à l’Unité de médiation scientifique des Conservatoire et Jardin botaniques, a été mené avec un grand savoir-faire, en naviguant avec brio au travers des caprices de la météo…

En savoir plus

De bibliothèque en bibliothèque

Dimanche 19 juillet, c’est la bibliothèque du Conservatoire et Jardin Botanique qui a proposé des ateliers et des visites de l’exposition autour de Carl von Martius. Une roulotte et quelques jeux ont accueilli les personnes venues s’inscrire aux différentes visites. Trois rendez-vous étaient disponibles pour les familles, à 15h30, 16h et 16h30, pour une lecture autour de Carl von Martius, dans l’exposition, durant 15 minutes. Un dernier rendez-vous, à 17h30, accueillait plutôt les adultes, pour une visite détaillée de 1h. De nombreuses personnes et familles, avant ou après la petite visite, sont restées tout l’après-midi à la mobithèque, à profiter de l’ombre, du petit goûter, de l’eau fraîche, des livres de la mobithèque et des coloriages du jardin botanique. Ci-dessous, quelques photo de l’exposition Martius à la Bibliothèque des Conservatoire et Jardin Botaniques : Un fascicule de jeu et deux bibliographies (celle des Bibliothèques Municipales de Genève et celle de la Bibliothèque des Conservatoire et Jardin Botaniques) sont disponibles sur place à la mobithèque. En savoir plus sur l’exposition sur le site du CJBG

En savoir plus

Hybrides imaginaires, grandes découvertes, amours volcaniques

Vendredi 17 juillet Catalogue imaginaire de plantes effrayantesCet atelier propose aux enfants de composer une planche botanique d’une plante imaginaire, à partir de photos de véritables plantes ou éléments artificiels du parc. Les familles sont venues au fur et à mesure, puis sont parties avec les tablettes dans le parc pour se composer une base de photos. Ensuite, elles sont revenues à la mobithèque pour que l’on puisse leur expliquer comment fonctionne l’application « Pages » afin de composer leurs planches de manière numérique. Découper, recoller, dessiner, écrire… et inventer les spécificités de la plante hybride re-créée ainsi. Rencontre avec De BryCe 2e atelier invite la conceptrice du jeu vidéo Varietas de Bry, Mélissa Monnier, pour une création de vidéos à partir de gravures de Théodore de Bry. Les enfants ont sélectionné des illustrations de ces récits de voyage du XVIe siècle pour les assembler en une frise narrative et raconter l’histoire qu’ils et elles voyaient sur ces gravures. Voici deux des vidéos créées : Varietas de Bry est un jeu pédagogique créé en collaboration avec le Bodmer Lab de l’Uni de Genève. Il traite des voyages des « grandes découvertes » et de l’européocentrisme, de notre rapport à l’inconnu et notre manière de le considérer et le traiter… Que nous disent les récits de voyage sur le monde? Pour jouer en ligne au jeu Varietas de Bry : https://aprobado.ch/games/debry/ Le parc augmenté «Un bateau accoste, quelque part là en bas, sur le rivage de ce bout de territoire qui se tient au-delà du carrefour près duquel vous avez cliqué sur ma voix…» La voix de la comédienne Agathe Hazard Raboud, déclenchée par des codes QR accrochés à des arbres, déroule le parcours-récit TAMBORA, PYRAMUS, FRANKENSTEIN, reliant le Jardin botanique à une série d’événements «téléconnectés» d’il y a deux siècles qui continuent à étirer leurs tentacules dans l’actualité. Au cours de la balade (qui peut se faire en mode autonome avec son smartphone, ou en groupe, le vendredi, avec un guide muni d’une enceinte connectée*), on découvre la vie amoureuse méconnue de Mary Shelley et des volcans, on se demande si Frankenstein est le Genevois le plus célèbre de tous les temps et on conclut que, si on veut sauver l’humanité, «il faut aimer les monstres qu’on crée». *prochain départ: vendredi 24 juillet à 17h30 (rendez-vous à la Mobithèque derrière la grande serre tempérée)

En savoir plus

La musique se répand dans l’herbe et dans les arbres…

Samedi 18 juillet, Il fait beau et chaud, il y a peu de monde en ce début d’après-midi aux Conservatoire et Jardin botaniques…Et pourtant, une petite heure plus tard, des petites têtes commencent à se pointer vers la Mobithèque pour participer à l’atelier d’initiation à la musique, donné et adapté à ces tout petits, par les musiciennes et excellentes pédagogues de l’ensemble Eole. Pendant ce temps-là, la chanteuse et comédienne Sophie Solo se prépare pour le premier concert de cette édition « De parc en parc avec les BM ». Vers 17h30, le public, moins jeune cette fois, commence à affluer et à s’installer sur un pouf, une chaise ou tout simplement dans l’herbe…La guitarre résonne et la magnifique voix de Sophie Solo nous enchante pendant plus d’une heure…Son répertoire mêle humour et engagement malicieusement féministe, interprétant Véronique Pestel, Anne Sylvestre, Michèle Bernard, Allain Leprest, Francis Blanche, ainsi que ses propres textes très touchants. Un petit air de Woodstock plane sur la pelouse des Conservatoire et Jardin botaniques…

En savoir plus