Close

Saison 2020: MONSTRE

D’aussi loin, qu’on s’en souvienne, nous partageons le monde avec des monstres. Certains sont naturels, d’autres artificiels, d’autres encore sont imaginaires, ou sont monstrueux parce qu’on les regarde comme tels… Entre les monstres qui donnent un visage à nos peurs et ceux qui enrichissent le monde par leur différence, nous voici en route pour une année d’explorations

Mardi 22 décembre – Monstre-moi qui tu es, capsule vidéo

« Monstre-moi qui tu es », une vidéo à regarder et discuter en famille, à partir de 10 ans. Sous-titres en français dans les réglages. « Elle, c’est une vraie sorcière!– Et lui, t’as vu ses cernes? On dirait un mort-vivant – Ouais c’est vraiment une bande de freaks…» Qu’est-ce qui est sous-entendu par ces mots qui insultent, qui disent que l’autre n’est pas « normal »? Nous avons peur d’être confronté-e-s au rejet si on sort des normes. Mais qui définit ces normes? Que faire si on ne s’y retrouve pas? Comment être bienveillant-e-s face aux autres et se rendre compte qu’on pourrait blesser? Moon et Luigi, performeur-euse-s drag de la scène genevoise, proposent aux enfants une capsule vidéo pour parler de ce qui est parfois considéré comme monstrueux. Le duo invite les deux artistes Nelson Schaub et Giulia Essyad à parler de leur pratique qui revendique leur bizarrerie!

En savoir plus

Mercredi 16 décembre – Qui mange qui? – Contes en musique

Spectacle de musique et de contes, dont le thème oscille entre la gloutonnerie et la dévoration, préoccupations et fantasmes enfantins qui jouent sur cette peur jubilatoire d’être dévoré-e mais aussi sur le plaisir, parfois sans limite, d’avaler, de manger. Il s’agit de se faire peur, conter, jouer et rire avec l’enfant autour de contes traditionnels français, inuit, africains… adaptés à notre monde contemporain et européen pour que les jeunes enfants accèdent plus facilement à l’imaginaire. La musique développe sa propre dimension narrative et raconte son histoire ou plutôt la partage avec la conteuse. Avec Lorette Andersen, conteuse, et Emmanuel Bouvier, musicien

En savoir plus

Mercredi 16 décembre – Sommes-nous tou-te-s des monstres ? Les faux électrochocs de Stanley Milgram

Sommes-nous tou-t-e-s des monstres ? Stanley Milgram a tenté de nous convaincre que oui. En poussant des quidams à électrocuter des innocent-e-s, le psychologue américain s’est appliqué, au début des années 1960, à démontrer que n’importe qui peut commettre des atrocités sous l’influence d’une figure d’autorité en blouse blanche. Mais l’«expérience de Milgram», dont le récit continue à circuler en ligne comme une démonstration de la «banalité du mal», repose en réalité sur des manoeuvres cachées et des données manipulées… Pour clôturer notre année «Monstre», le duo de médiation culturelle numérique des BM vous invite à déconstruire l’idée, désespérante et mal fondée, selon laquelle chacun-e de nous ne serait qu’à quelques pas de la monstruosité.

En savoir plus

12 décembre – Le récit qui change d’avis – Retour sur l’atelier d’écriture en ligne

Présentation de l’atelier : Comme s’il n’y avait pas assez de choix à faire dans une vie, voilà qu’on en remet une couche avec les récits dont vous êtes le héros ou l’héroïne. Des récits-monstres à plusieurs têtes, à divers embranchements, des récits qui changent d’avis, qui laissent les lecteurs et lectrices décider de la suite. Et si, et si, et si ? Dans cet atelier, nous fabriquons des récits à choix multiples pour voir comment la créativité jaillit dès lors qu’on la multiplie ! Bienvenue aux hésitant-e-s comme aux décidé-e-s. Déroulement : Dans cet atelier participatif sur l’application Zoom, les participantes ont été à la fois autrices et lectrices: l’enjeu était de rédiger un court récit dans lequel, à 3 moments, elles ont évoqué deux possibilités pour la suite. Ce sont les autres participantes qui ont voté pour la possibilité à développer. Chaque moment d’écriture a été associé à un texte littéraire lu par Amélie, et qui parle de choix. Voici les références évoquées : Twine, petit programme à télécharger pour faire des récits à embranchements sur l’ordinateur : https://twinery.org/ et un tutoriel youtube assez exhaustif pour s’approprier le logiciel ! Art poétique, Eugène Guillevic (disponible dans notre catalogue) Le monde est rond, Gertrude Stein, éd. Cambourakis (disponible dans notre catalogue) Le discours, Fabrice Caro, éd. Folio (disponible dans notre catalogue en papier, en numérique, et en livre lu) Bandersnatch, un épisode interactif de la série « Black mirror », évoqué par l’une des participantes. L’intervenante, Amélie Charcosset, a déjà donné de nombreux ateliers d’écriture en ligne depuis le mois de mars.Voir son site : https://www.ameliecharcosset.com/Pour s’inscrire à sa newsletter : https://www.ameliecharcosset.com/newsletter

En savoir plus

Mercredi 1er décembre – GeneFreaks – Vies et prodiges des phénomènes de foire genevois

La première « dame à barbe » célèbre de l’histoire des phénomènes de foire était genevoise, elle s’appelait Joséphine Clofullia Boisdechêne. Ses tournées, entre les années 1850 et 1860, la conduisent un peu partout dans le monde, de Londres à l’Australie en passant par la Californie, sauf à Genève… En fouillant des sources d’archives en ligne basées çà et là sur la planète, nous plongeons dans l’étrange éclat et dans les zones d’ombre de sa vie. (Cette conférence vidéo remplace le 1er épisode de la série « GeneFreaks » – en ligne ci-dessous –, dont elle constitue une version largement augmentée, avec plein de nouvelles découvertes et de nouveaux rebondissements. En ce qui concerne le « spécial Plainpalais » annoncé dans cette série, il sera transformé en un épisode d’un nouveau projet, à découvrir en 2021). Genève a eu son lot de «freaks» : des «phénomènes humains» exhibés dans les baraques foraines sur les quais pour le Nouvel An, sur la plaine de Plainpalais lors de l’Exposition nationale de 1896, au Luna Park des Eaux-Vives au début du 20e siècle. Effacés de la mémoire collective, ces «monstres» ont pourtant laissé des traces. L’une de ces créatures est même devenue une célébrité mondiale: la femme à barbe Joséphine Clofullia, née Boisdechêne, partie de Versoix et devenue l’une des vedettes du musée Barnum aux États-Unis… Le projet «GeneFreaks» sort ces personnes de l’oubli et les fait revivre en donnant à voir et à entendre leurs histoires.

En savoir plus

Samedi 28 novembre – Monstres et genres – Performances et atelier d’écriture

Informations sur l’atelier et photos sous la vidéo! « Feminazi », « Espèce de freak », « Harpie »… Comment l’appropriation de figures monstrueuses et de leurs stigmates peut être un instrument d’empouvoirement (ou affirmation de soi) pour des groupes sociaux faisant l’objet de discriminations ? Moon et Luigi, performeureuse·s drag de la scène genevoise, vous proposent de questionner votre rapport au monstrueux. Pour cet atelier transposé en numérique, le duo s’est transformé en quatuor en invitant Greta Gratos et Klimte, afin d’offrir aux participant·e·x·s 4 performances en direct. Ielles leur ont expliqué leur travail artistique qui, tous, contiennent une part de réappropriation du langage.Par le biais d’un atelier d’écriture, les participant·e·x·s ont été amené·e·x·s à réfléchir et expérimenter elleux-même une langue qui leur convienne, qu’elle soit non-binaire, inclusive, ou qu’elle leur semble flouter des normes qu’iels ont souhaité questionner personnellement. L’atelier a été réduit à 3h, avec une pause au milieu. Pendant le moment d’écriture, les intervenant-e-x-s étaient disponibles pour épauler les participant·e·x·s. Série de photos à la Bibliothèque de la Jonction : Frédérique, participant à l’atelier, a dessiné ce qu’il voyait et entendait tout du long de l’atelier et nous a montré son carnet à la fin! C’était inattendu et très chou! Pour aller plus loin, liens partagés par les intervenant·e·x·s : https://www.alokvmenon.com/ Trystan / Moon :https://trystanmatthey.com/https://www.instagram.com/moondragqueen/?hl=fr Louise / Luigi : https://www.instagram.com/luigithesubmissivemacho/?hl=frhttps://dfqo.wordpress.com/ Greta Gratos : https://www.instagram.com/gretagratos1010/?hl=fr Clem / Klimte : https://www.youtube.com/channel/UC8OJV4XI2tqQ1kikHPCtvawhttps://www.instagram.com/klimte_slam/?hl=fr

En savoir plus

Samedi 7 novembre : La cyborg maléfique, retours d’atelier

Les bibliothèques municipales étant fermées au public, les deux intervenantes de l’atelier de ce samedi, Chloé Desmoineaux et Constanza Piña, ont dû trouver un autre moyen de procéder. Le projet entier, qui continue de se développer, est à trouver à l’adresse : https://chloedesmoineaux.surf/malvadacyborg Chloé et Constanza ont rencontré les participant·e·x·s en visioconférence pour présenter leurs recherches, expliquer leurs démarches, répondre aux questions et discuter. Elles leur ont laissé un dossier partagé en ligne pour continuer à réfléchir ensemble à des créations de mondes spéculatifs féministes, qu’elles sont en train d’élaborer : références vidéos, artistes, création de jeu de tarot… Qui permettrait de réfléchir à de nouvelles alliances entre personnages de fiction existants, à leur capacité à se venger de l’univers de fiction qui leur était réservé, à de nouvelles relations de parentés soutenantes, etc. Ci-dessous, deux images du futur jeu de tarot créé par Chloé Desmoineaux et Constanza Piña, des propositions de figures vengeresses.Le logiciel utilisé pour faire les images est le Electric Zine Maker de Nathalie Lawhead : https://alienmelon.itch.io/electric-zine-maker D’autres images créées par les participant·e·x·s en une quinzaine de minutes : Le travail continue, en ligne ou en présentiel. Constanza et Chloé ont donné la suite de l’atelier du 16 au 20 novembre à l’Antre Peaux à Bourges, dans le cadre de la programmation « Monde·s multiple·s ». L’atelier s’est fait avec des lycéen·ne·x·s, dans le but de fabriquer ses propres prothèses puis mettre les modèles et tutos en ligne.Quelques images de l’atelier à Bourges ci-dessous.Pour plus d’images : https://www.instagram.com/p/CIeQoetB82ijGHKhs3qRkpkzbgCPbUSyJzlVCM0

En savoir plus

Voyage robotique au Japon

Atelier du 30 septembre 2020 de 15h à 17h à la Bibliothèque des Minoteries Un androïde qui vient nous servir du thé en souriant… Troublant ? Est-ce une idée contemporaine, de fabriquer des robots à notre image ? L’amour des Japonais-e-s pour les robots remonte à bien longtemps. Tout a commencé avec les Karakuri, automates japonais, ancêtres des robots humanoïdes d’aujourd’hui. Les intervenantes de Kidimake ont commencé l’atelier par des explications sur les Karakuri et la relation qu’ont les Japonais-e-s avec les robots. Ensuite, elles ont montré plusieurs Karakuri de carton, ont proposé aux participant-e-s, aux âges très divers, d’actionner les mécanismes et de comprendre comment ça marche. Ça a été ainsi l’occasion de revoir différents types de mécanismes qui produisent le mouvement, comme les cames, les engrenages, les manivelles. Les enfants nous ont épaté-e-s par leurs connaissances et leur capacité à expliquer ce qu’ils et elles comprenaient du mécanisme. Les enfants avec leurs parents ont ainsi pu construire leur « Chat infatigable ». Infatigable à quoi? À jouer avec un rouleau de papier toilette! Toujours dans les mauvais coups, ces matous! Un cours historique, un cours de mécanique, de la création parents-enfants, voici un atelier riche d’apprentissage, merci aux intervenantes de Kidimake! -> Voir le site de Kidimake-> Voir les autres ateliers donnés à l’Espace le 4e de la Bibliothèque de la Cité, dont certains par Kidimake

En savoir plus

Votre monstre intérieur

Atelier de création de filtres snapchat Ras-le-bol des filtres « chat mignon » sur les réseaux? Vous sentez-vous plutôt d’humeur à sortir vos griffes ou à cracher du feu? C’est ainsi qu’était présenté l’atelier « Votre monstre intérieur », adressé aux pré-ados/ados entre 10 et 16 ans. Nous avons discuté avec les participant·e·s de ce qui faisait le monstrueux pour elles et eux, qui étaient les monstres dans les films ou dessins animés vus, et le rapport (ou non-rapport) à la méchanceté. Ici, nous sommes parti·e·s du principe que chacun·e pouvait imaginer quel monstre méchant de fiction il ou elle pouvait être. Après un test qui leur proposait quel monstre intérieur chacun·e était, les participant·e·s ont dessiné leur monstre sur papier puis se sont essayé à le représenter sur leur propre visage avec l’application de création de filtres de visage « Lens Studio ». Atelier animé par Ivan Gulizia, designer et illustrateur

En savoir plus