Close

Non classé

Les quartiers

Tournois de jeux vidéo à la Servette et à Saint-Jean, «30 minutes numériques» à la Jonction, pop-conférences et «banques de récits» participatives aux Eaux-Vives, surprises diverses lors de la réouverture des Minoteries… Périple numérique dans les 7 bibliothèques des quartiers genevois. Toutes les informations sur l’agenda des BM, catégorie « numérique » : http://institutions.ville-geneve.ch/fr/bm/agenda/

En savoir plus

Espace Le 4e

«Le 4è» est notre espace voué au numérique. On peut se lover dans ses «cocons/corolles» pour tester des jeux vidéo, emprunter un-e bibliothécaire pour se repérer dans les labyrinthes de l’informatique, apprendre à créer un robot ou une vidéo. On peut aussi y découvrir des créations et des réflexions qui explorent les facettes méconnues de notre monde surconnecté. Toutes les informations sur l’agenda des BM, catégorie « numérique » : http://institutions.ville-geneve.ch/fr/bm/agenda/ Inscriptions sur : https://bmgeneve.agenda.ch/

En savoir plus

Exposition Chats de Steinlen

Initiée en 2017 par le festival lausannois BDFIL, l’exposition CHATS est un clin d’œil et un hommage à Théophile Alexandre Steinlen (1859-1923), artiste suisse dont on connaît les illustrations, notamment le fameux Chat Noir. Outre une partie historique qui présente des originaux et des reproductions des chats de Steinlen, le corpus de l’exposition est constitué de planches originales d’une quarantaine d’artistes bédéistes internationaux invité-e-s. Ils-elles nous livrent leurs illustrations inspirées de l’œuvre de Steinlen, autant de visions de chats graphiques, déjantées, littéraires, impertinentes et multiples. Afin d’enrichir la visite, un guide ludique pour tablettes numériques (disponibles sur place) pouvait être emprunté par le-a visiteur-se. Le chat noir aux grands yeux de l’affiche déambule dans l’exposition pour présenter au jeune public l’histoire de Steinlen et des artistes qui en ont été inspirés : quand les médiateur-trice-s ne seront pas là, ce sont les chats eux-mêmes qui orienteront le public. Une tablette disponible dans l’exposition présente la bibliographie au format numérique et met en valeur des reproductions numériques existantes sur Steinlen en haute qualité. Cliquer ici pour voir une vidéo de l’exposition Cliquez ici pour voir la bibliographie sur le site Issuu Pour retrouver des reproductions des tableaux, affiches et peintures de Steinlen, vous pouvez aller fouiller sur les sites de : Gallica Archive.org Les collections numérisées de la bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art

En savoir plus

Un parc genevois, années 2010 – Ce n’est pas parce que c’est vert que ce n’est pas du harcèlement

Avez-vous une histoire marquante, étrange, amusante, un beau souvenir ou un épisode curieux à nous raconter, en lien avec un parc genevois? Avez-vous vu ou vécu quelque chose de particulièrement significatif dans l’un de ces lieux? Quels sont votre meilleur et votre plus étrange souvenir d’une chose vue ou vécue dans un parc? => Pour partager vos histoires, écrivez-nous à l’adresse leparcaugmente@numeriquebm.ch ou envoyez-nous un fichier son, image ou vidéo via la page www.numeriquebm.ch/index.php/le-parc-augmente Ce n’est pas parce que c’est vert que ce n’est pas du harcèlement Récit d’un jeune anonyme interviewé par Jeffrey le 24 juillet 2018 dans un parc genevois, dans le cadre d’une mission d’été du Service de la jeunesse. «Je travaillais pour le Service de la jeunesse dans le cadre de mon Service civil, je m’occupais des grillades dans un parc. Il y avait deux jeunes filles qui étaient engagées par la Boîte à Boulots pour s’occuper des chaises longues, et qui mettaient aussi des jeux, des tables et des parasols à disposition pour les enfants. Et il y avait une bande de jeunes garçons – ils étaient vraiment très jeunes, je dirais 11 à 14 ans – qui s’étaient mis dans tous leurs états face à ces deux jeunes filles. Ils étaient constamment en train de les solliciter, d’essayer de les impressionner, de leur dire «je t’aime», et «allez file-moi ton numéro» et «c’est quoi ton pseudo sur Snapchat?»… J’ai passé trois heures dans ce parc et j’ai trouvé ça d’une lourdeur insupportable, c’était impressionnant de voir ces jeunes garçons qui, même s’ils n’en étaient peut-être pas conscients, pratiquaient une forme de harcèlement. Les questions que je me suis posées, c’est comment les deux jeunes filles vivaient la chose et quel pouvait être mon rôle dans cette situation. Je voyais bien que c’était pesant pour elles, qu’elles étaient amenées à banaliser la chose pour la rendre plus supportable et qu’elles s’efforçaient de rigoler un peu de temps en temps, mais c’était un rire un peu jaune. Il y en a quand même une qui m’a dit «je ne crois pas que je vais tenir la semaine»… J’ai l’impression que personne, ni elles ni eux, ne réalisait pleinement ce qui se passait. Ça m’a amené à réaliser à quel point il y a un manque de connaissances sur ces sujets-là dans cette tranche d’âge.»

En savoir plus

Parc des Cropettes, années 2010 – «Un immense flash avec une lumière tout près de nous mais dans le ciel»

Avez-vous une histoire marquante, étrange, amusante, un beau souvenir ou un épisode curieux à nous raconter, en lien avec un parc genevois? Avez-vous vu ou vécu quelque chose de particulièrement significatif dans l’un de ces lieux? Quels sont votre meilleur et votre plus étrange souvenir d’une chose vue ou vécue dans un parc? => Pour partager vos histoires, écrivez-nous à l’adresse leparcaugmente@numeriquebm.ch ou envoyez-nous un fichier son, image ou vidéo via la page www.numeriquebm.ch/index.php/le-parc-augmente «Un immense flash avec une lumière tout près de nous mais dans le ciel» Récit d’une jeune anonyme interviewée par Jeffrey le 11 juillet 2018 au parc Bertrand, dans le cadre d’une mission d’été du Service de la jeunesse. «C’était il y a à peu près six-sept ans, j’étais encore assez jeune et je n’étais pas complètement nette, je l’avoue. Et on était avec une amie posées sur un banc dans le parc des Cropettes à côté de la mare aux canards. Donc on était tranquillement posées, on parlait, on discutait de la vie, et d’un coup je lève ma tête et là, il y a un flash, vraiment très près, un immense flash, avec une lumière qui passe tout près de nous mais dans le ciel, et une sorte d’éclair comme s’il y avait un trait qui passait dans le ciel. D’abord ma première réflexion, c’est de taper sur l’épaule de mon amie pour lui montrer et… Je n’ai jamais vraiment cru aux extraterrestres et tout, mais là j’étais convaincue d’avoir vu un OVNI, mais genre vraiment. Et malheureusement mon amie n’a pas pu voir ce que j’ai vu, mais même maintenant, je suis convaincue d’avoir vu un OVNI, voilà. Sinon, mes souvenirs dans les parcs, ce sont tous mes anniversaires. Je pense qu’en étant genevois, on vient tous passer nos anniversaires, nos soirées d’été, les soirées de galère en hiver dans des parcs, on s’amuse toujours dans des parcs genevois, voilà. Je pense que j’ai passé la majeure partie de mon enfance et de mon adolescence dans des parcs, et même au jour d’aujourd’hui, c’est toujours une valeur sûre pour traîner et passer un bon before*.» * La partie de la soirée qui précède la phase proprement festive (ndlr)

En savoir plus

Parc DE la Grange, 2018 – Le Nord perdu de William Favre

Quatre auteur-e-s ont plongé – physiquement et/ou mentalement – dans quatre parcs genevois et ont converti leurs immersions en textes poétiques. Jean Firmann a été au parc La Grange, Philippe Constantin au parc de l’Ariana, Lorenzo Menoud au parc Bertrand, Silvia Härri au parc de la Perle du Lac Une proposition de l’association Poésie ambulante. Jean Firmann –  Le Nord perdu de William Favre L’HISTOIRE est engageante de ce parc immense, puissant sauvage & très beau, même si la sottise appliquée des vivants prétendus, aujourd’hui plus que jamais le menace. Hier matin encore y marchant à petits pas aux côtés de mon chien libre noir assez grand nommé Brusse, j’ai goûté tant que lui la vivante fraîcheur de ses frondaisons larges et hautes et j’y ai contemplé sous le cri rauque des intelligents corbeaux bleus la danse follement électrique de deux papillons dont les ailes étaient d’or – ou plus simplement de bronze peut-être – et qui frétillaient pleins de compagnes et de compagnons autour d’eux, et qui libellulaient & qui zigzaguaient des ailes d’amour dans l’air mieux que nul humain jamais ne sera capable fût-ce de l’évoquer en dansant sur une scène. C’était hier au parc de la Grange. Je veux donc parler du Parc de la Grange et non du parc La Grange comme le nomment sottement par les temps terribles qui couvent les tétaniques numériques & digitaux. Parc de la Grange car dix ans avant que Jean-Jacques Rousseau ne vienne au monde le territoire là-bas descendant en pente douce vers le lac Léman était planté de vignes et gras de pâturages sur cette rive gauche de Genève dont Calvin (selon la rumeur) n’avait jamais voulu admettre la possible existence. Ah! ces juteuses fontaines d’herbe où paissaient des vaches et leurs boeufs, queues battantes au flanc contre la piqûre des taons et le vrombissement obstiné des mouches d’or à tête verte. Pour abriter ces bêtes et lui même, un certain François Franconis, fils de réfugiés huguenots et de marchands redoutables de sel, de blé, de munitions et de métaux plus ou moins lourds y avait construit une vaste grange. Parc de cette grange oui où vivait François Franconis donc à jamais qu’on se le dise. Mais sur la terre au ciel qui tourne, les fortunes sont improbables et volontiers vacillent. Voici donc qu’une famille cossue de Lullin racheta les vingt mille mètres carrés du territoire là-bas descendant en pente douce vers le lac Léman érigeant vers 1720 au cœur de ce vaste espace une impressionnante maison de maître, ses généreuses dépendances & ses puissantes fontaines. Mais les Lullin huitante années plus tard se trouvèrent ruinés par la Révolution française – ah la vache! – ils durent vendre le parc contre écus sonnants et trébuchants à la famille Favre qui elle aussi excellait en triturations de marchandises, en gonflement de marges financières & gaufrages alambiqués de capitaux autant que ses prédécesseurs. Mais ces patriciens calvinistes, ces propriétaires un peu fantasques tout de même, ces banquiers d’argent pur comme divinatoires eurent tout au moins le sacré bon goût plein vert de s’entourer de quelques-uns des botanistes & dendrophiles les plus illuminés du siècle dix-neuvième. Nous n’avons plus au siècle 21 que des dendrologues plantant des arbres en leurs ordinateurs. Et voici que ces copains ensemencèrent idéalement d’espèces fabuleuses le pré des vaches et les vignes à Franconis nous offrant bien deux cents ans plus tard – les Lullin, les Favre – de beaux arbres immenses dont à trente-cinq mètres de hauteur la cime offre aujourd’hui aux hérons cendrés chaque avril de souples & vastes nids ; dont les pins tout aussi hauts sont visités parfois par les cocons phosphorescents – foudre larvaire, brûlante alerte – de la chenille processionnaire; de hêtres communs nus & beaux comme étaient lustrés & vibrants les triplés à peau bleue que la baleine dont les racines chantent fit naître; de ces grands hêtres pourpres au houppier incandescent que prisait tant Cadet Rousselle; de ces platanes puissants dont les feuilles tombant de haut en automne font coussinets luisants aux pieds de ceux qui vont par le trottoir, sans oublier les ifs aux troncs parcourus de profondes veines incarnates, les séquoias à la peau rousse veloutée & spongieuse qui sont venus à pied des Amériques ; et les cèdres majestueux aux larges cimiers tabulaires où les forgerons de Thor tonnent leurs célestes enclumes et jusqu’aux plus humbles marronniers aux fruits bruns qui dès octobre font mousser au sol le shampoing onctueux de leurs saponines. Oui j’aime follement les grands arbres du parc de la Grange, contemplant en toutes saisons leurs vies changeantes, leur génie torsadé, leurs fûts à pattes d’éléphant zébrés de crevasses & de tatouages parfaitement naturels et gravés parfois de cœurs qu’y dessinèrent un soir à l’opinel deux jeunes amoureux pétris de la sauvagerie neuve de plonger nus dans les yeux l’un de l’autre. Et cette forêt dans la ville a le luxe et la chance de connaître des nuits intimes & calmes, cette forêt peut couver et élever ses mystères car ses portes doivent demeurer fermées durant la nuit. C’est ce qu’avait notamment exigé William Favre quand il céda d’un coup très franc en 1917 le parc de la Grange aux citoyens de Genève. La très noble condition est en gros respectée, à l’exception des soirs de plus en plus fréquents où les spectateurs affluent pour aller entendre quelque concert de musique du monde sur la coquille acoustique dite scène Ella Fitzgerald sur une pelouse depuis peu dédiée hélas aux flammes graisseuses et aux fumées saucissonnes des barbecues brutaux ou pour aller voir quelque pièce donnée au Théâtre de l’Orangerie, le TO comme disent les gens tatoués des pieds à la tête et de l’anus à l’hippocampe de graphes hideux, les gens pressés, les gens ratatinés de maintenant. Saluons aussi la grande mare dite lac alpin où, au pied d’un haut saule blanc et d’un autre plus souple pleurant ses rameaux jusqu’à terre, sursautent muettes et giflant l’eau les carpes, où nagent noires les […]

En savoir plus

Parc Bertrand, 2018 – «Un parc qui a presque la forme d’un P ai-je remarqué»

Quatre auteur-e-s ont plongé – physiquement et/ou mentalement – dans quatre parcs genevois et ont converti leurs immersions en textes poétiques. Jean Firmann a été au parc La Grange, Philippe Constantin au parc de l’Ariana, Lorenzo Menoud au parc Bertrand, Silvia Härri au parc de la Perle du Lac Une proposition de l’association Poésie ambulante. Lorenzo Menoud – Parc Bertrand («Un parc qui a presque la forme d’un P ai-je remarqué») 1. je me suis égaré, je marchais suis arrivé dans un parc me suis perdu, dont j’ai oublié le nom, la ville même où il se trouve, « je ne sais bien redire comment j’y entrai »[1], dans un parc qui a presque la forme d’un P ai-je remarqué en en faisant le tour en y marchant le parcourant en tous sens, le nom du parc de la ville n’ont aucune d’importance, l’observant depuis en haut sur un plan, une carte, la forme d’un P comme PARC d’un P comme PERDU et comme PRESQUE, je me suis fourvoyé éloigné du bon chemin, d’un P comme PARCOURIR et comme PLAN, de haut en bas je déambule de gauche à droite, « j’abandonnai la voie vraie »[2], comme j’écris je me promène, portant la promesse d’y être reconnu et reconnaissant je fais quelques pas ramasse une pierre me baisse, une PIERRE qui commence par un P, comme se PROMENER, PORTER, PROMESSE comme PAS, les pas que je fais alors, une pierre qui a la forme d’un P comme PAR dans « parc » dans le parc, une pierre grise qui ne se distingue en rien d’autres pierres grises je vous l’assure, « pierre » comme « perdu » « pierre » comme « presque » « pierre » comme « parc » comme le P de la forme du parc où je me promène à ce moment-là, et je reconnais la pierre, elle m’est familière je l’ai déjà vue je ne sais plus où, à quelle occasion, « promesse » comme « presque » « promesse » comme « parc » « promesse » comme « perdu » comme le P de la forme du parc, je la tiens dans la main, la pierre la promesse, a la forme d’un P comme PLU(S) commence par un P, les pierres les promesses, leurs identités multiples, je la porte dans le parc, ainsi les êtres humains, la garde dans la main fermée, la promesse de la pierre la promesse de la dureté qui lui est associée la promesse de la stabilité sous mes pieds la fermeté de la promesse d’une décision, alors que tout bouge tout le temps dans le monde autour de moi, en dedans, dans ce parc qui a la forme d’un P comme le mot PIEDS, j’avance encore ramasse une branche, je pose la pierre la promesse au sol à la place de la branche j’ai déposé préalablement la pierre la promesse et pris de la même main la branche, j’ai déplacé la pierre la promesse, la main gauche, je l’ai mise à la place de la branche, dans un parc qui a la forme d’un P comme le P de POSER de PLACE de PRÉALABLEMENT et de PRENDRE, je me baisse et saisis cette partie d’arbre cette portion, tronçon d’arbre tombé au sol, PARTIE et PORTION d’arbre commençant par la lettre P la lettre P qui donne forme à ce parc, j’avance dans ce décor comme on se déplace dans un rêve, « alors il s’ébranla, et je suivis ses pas »[3] fin de la première partie 2. c’est une branche une branche de pin, un pin noir d’Autriche me souffle-t-on, le parc a donc la forme d’un P comme PIN, le parc a la forme d’un P non pas comme « noir » ni comme « Autriche », non pas comme « Allemagne » ni comme « Suisse » commenceraient par un P, ni même comme « Genève », ça me revient, je suis à Genève, dans un parc, éperdu, le parc Bertherend, du nom d’une femme, Berthe, d’une femme enceinte, une femme au physique passionné qui vient s’y promener, elle s’y rend, Berthe, avec son enfant à naître dans le ventre et qui parfois, nauséeuse, Berthe, y vomit d’où le nom de ce parc qui a la forme d’un P comme PHYSIQUE PARFOIS PASSIONNÉ commencent par la lettre P, Bertherend signifiant à la fois que Berthe se rend au parc et que Berthe rend dans le parc, un parc où elle se penche et dessine avec sa silhouette comme le P de « parc » et de se PENCHER, un parc qui désormais possède un nom, un parc que l’on a reconnu, et dont le nom a toujours été mal orthographié, dont le nom n’a jamais tenu compte de cette femme, Berthe, qui s’y promène régulièrement, un parc en forme de P qui se trouve à proximité d’un autre parc, comme POSSÉDER et PROXIMITÉ, qui se situe à côté du parc dit « des Contamines », un parc qui, au contraire du parc Bertherend, le parc des Contamines a ostensiblement la forme d’un O, ai-je remarqué, pour autant qu’une lettre puisse être le contraire d’une autre lettre, que le P soit le contraire du O et le O du P, ce dont je doute, bien que l’on puisse dire d’un parc qu’il a la forme d’un P contrairement à un autre parc qui aurait la forme d’un O, sans devoir dire que P est contraire à O, une lettre étant plutôt la négation de toutes les autres lettres, mais pas son contraire, par conséquent P étant non-A non-R et non-C, alors ces deux parcs ensemble, le parc de l’enfance et celui de la bourgeoisie, le parc où tout est encore possible et le parc où tout est déjà perdu, le parc où l’on se baigne nu et celui où l’on se montre habillé, ces deux parcs ici réunis, dont l’un a la forme d’un P comme POUR POUVOIR PLUTÔT POSSIBLE, et dont l’autre a la forme d’un O comme OISEAU OUBLI, comme OUVERTE OSER, ces deux parcs à la suite l’un de l’autre font donc, si on les lit, dans un sens, celui de ma découverte, PO, mais peut-on lire un parc ? tracent ainsi une syllabe sans que l’on ne sache ce que […]

En savoir plus

Les clips de la Mobithèque

Retour en images et en musique sur deux des nombreuses actions proposées par les bibliothécaires au Parc Trembley. Nous vous attendons au parc des Franchises du 18 au 28 juillet, du mardi au vendredi de 10h30 à 18h30. Télécharger le programme de parc en parc au format PDF Atelier slam avec Fafapunk Atelier de land art Blind test littéraire

En savoir plus

Qu’en lira-t-on ? La lecture sous toutes ses formes

Les Bibliothèques municipales sont heureuses de vous présenter l’exposition « Qu’en lira-t-on ? La lecture sous toutes ses formes », la première exposition sur la lecture… sans livre ! Partant du constat que la lecture, bien loin de disparaître, est un plaisir qui se décline désormais sous des formes multiples et inattendues, « Qu’en lira-t-on ? » est une ode à la joie de lire. Inspirée des 10 droits du lecteur de l’écrivain français Daniel Pennac, elle lui ajoute un onzième droit : le droit de lire sans livre. L’exposition présente une série d’installations, interactives pour certaines, qui font vivre les histoires sous des formes poétiques, facétieuses ou captivantes, et dans lesquelles on se plonge debout, assis ou couché. Loin de proclamer la fin du livre en papier tel que nous le connaissons, elle entend célébrer le plaisir de la découverte et de l’imaginaire, mis en mots et en images. Pensée pour tous ceux qui apprécient la lecture, l’exposition s’adresse également au jeune public dès 6 ans. L’exposition a été conçue et réalisée en 2016 par le mudac de Lausanne et adaptée pour le 4ème étage de la Bibliothèque de la Cité, un nouvel espace qui proposera, dès novembre 2017, des ateliers, des formations, des rencontres (et bien d’autres choses encore) autour des cultures numériques et de leur pratique en bibliothèque. Du 6 mai au 28 octobre 2017 Bibliothèque de la Cité – 4ème étage Place des Trois-Perdrix 5 120 4 Genève Commissaire de l’exposition: Nicolas Le Moigne, designer industriel Design graphique: Aurèle Sack, graphiste Illustration: Rachel Suming, illustratrice

En savoir plus