Close

25 novembre 2020

Mercredi 25 novembre – «Digital labor», le travail du clic – Les petites mains cachées des géants numériques – Conférence-rencontre avec Antonio Casilli et Paola Tubaro

Avec leurs robots, leurs algorithmes et leurs intelligences artificielles, les géants du Web ont propagé une vision selon laquelle l’univers numérique fonctionnerait de plus en plus sans aide humaine. Sauf que c’est faux. Des millions de petites mains en chair et en os fournissent, en coulisses et souvent dans des conditions calamiteuses, le travail qui met de l’esprit dans les machines.

Ces petites mains, ce sont les nôtres, lorsque nous alimentons les réseaux sociaux en informations personnelles et en contenus créatifs. Ce sont celles de l’économie «uberisée», qui produit avant tout des flux de données. Ce sont celles de la main-d’oeuvre qui travaille dans les «fermes à clic»…

Une traversée du miroir numérique avec Antonio Casilli et Paola Tubaro, les meilleur-e-s spécialistes en circulation de cette question.

En 2016, un homme qu’on appellera “Simon” est engagé en tant que stagiaire dans une start up qu’on appellera “SuggEst”, spécialisée dans le ciblage des goûts personnels pour le commerce en ligne grâce à l’intelligence artificielle (IA).

Après trois jours de boulot, le jeune homme réalise que le travail de l’IA, ce ne sont pas des machines qui le font, c’est lui. Lui, avec des milliers de “petites mains” qui s’activent à distance depuis Madagascar, le Mozambique ou l’Ouganda en travaillant à “jouer les intelligences artificielles” et en faisant semblant d’être des algorithmes et des robots

C’est le point de départ du livre En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic (2019), d’Antonio Casilli, une plongée stupéfiante dans la réalité humaine cachée derrière l’économie des plateformes numériques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *