Close

29 mai 2020

TAMBORA, PYRAMUS, FRANKENSTEIN – 8e halte

CONCLUSION Il faut aimer les monstres qu’on crée

Cliquez sur PLAY pour écouter le récit. Vous êtes arrivé-e au bout du parcours…

Tapez «Frankenstein»
dans l’option «images»
d’un moteur de recherche,
vous obtiendrez
des centaines de portraits du monstre
avec sa tête rafistolée,
et aucune image de Frankenstein lui-même,
Victor de son prénom,
qui de ce monstre est
pour ainsi dire
le géniteur.
Dans la culture ambiante,
peut-être depuis le film de 1931 avec Boris Karloff,
on confond en effet
l’un et l’autre,
la créature et le créateur.
Cette bévue ordinaire
est le point de départ d’un texte
du philosophe et anthropologue Bruno Latour,
à qui nous sous-traitons
notre conclusion.
Je cite:

« »Tout comme nous confondons Frankenstein avec le monstre, nous nous méprenons sur le véritable péché du Dr Frankenstein. Car le crime du Dr Frankenstein n’est pas d’avoir inventé une créature par une combinaison d’orgueil et de haute technologie, mais plutôt d’avoir abandonné la créature à elle-même. Lorsque le Dr Frankenstein rencontre sa création sur un glacier dans les Alpes, le monstre affirme qu’il n’est pas né monstre, mais qu’il est devenu un criminel seulement après avoir été laissé seul par son créateur horrifié, qui a fui le laboratoire après que l’horrible chose a pris vie. « Souviens-toi, je suis ta créature », implore le monstre en s’adressant à son créateur. « J’étais bienveillant et bon; la misère a fait de moi un monstre. Rends-moi heureux et je redeviendrai vertueux. »» Fin de citation.

Des parallèles
ont souvent été faits
entre les agissements de Victor Frankenstein
et ceux de nos sociétés modernes
qui ne reculent devant la réalisation d’aucun fantasme
de fabrication technologique
et de transformation de la nature.
Nous voilà donc,
citoyennes et citoyens horrifié-e-s
d’une planète où nos créations
sont en train de se révéler
comme des monstruosités.
Mais si on suit
la suggestion
de ce texte,
le problème n’est pas tant
l’acte de la création
que celui de l’abandon.
L’erreur
qui fait basculer l’histoire en tragédie
ne réside pas
dans le fait d’avoir fabriqué d’étranges créatures,
mais dans le fait
de ne pas s’en être assez occupé-e,
et c’est cette négligence
qui déclenche
leur devenir-monstre.

Au bout de ce récit
qui place un volcan
aux origines de Frankenstein
et du Jardin botanique,
je vous laisse donc avec la suggestion de ce texte
qui en appelle à un principe de responsabilité:
nous créons des choses
– apparemment, nous n’arrivons pas à nous en empêcher –
qu’il faut ensuite
suivre
dans leurs conséquences inattendues
et dont il faut prendre soin
pour ne pas les abandonner à une trajectoire
de destruction.
Comme le souffle
le titre
de ce bref essai de Bruno Latour,
publié en 2011
dans un ouvrage collectif intitulé Love Your Monsters,
comme le souffle ce titre étrange,
donc

«Aimez vos monstres. Pourquoi nous devons prendre soin de nos technologies comme nous le faisons de nos enfants»

RETOUR à la page d’accueil du parcours-récit Tambora, Pyramus, Frankenstein

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *