Close

28 juin 2018

Parc La Grange, 1999 – Des milliers de roses et un complot mondial

Au cours d’un rendez-vous secret dans le parc, l’informaticien Philip Sorel découvre que son entreprise fait, comme on dit, «le travail du Diable»…

Parc La Grange, 2 août 2011 © Mireille P. Florence George, www.notrehistoire.ch

Le livre_ Liebe ist die Letzte Brücke (L’amour est le dernier pont), de Johannes Mario Simmel, Munich, Droemer, 1999
«Pour l’informaticien Philip Sorel, le monde s’effondre. Des virus infiltrés dans les ordinateurs déclenchent des catastrophes planétaires, une nouvelle génération de terreur internationale voit le jour – et l’entreprise pour laquelle il travaille joue un rôle crucial là-dedans… Avec ce crime monstrueux en toile de fond, une histoire d’amour surgit, magnifique et douce-amère, entre une femme et deux hommes…»
=> Le livre (en VO allemande) dans le catalogue des BM.

L’auteur_ «Johannes Mario Simmel est un romancier, scénariste et journaliste autrichien né à Vienne le 7 avril 1924 et mort le 1er janvier 2009 à Zoug.» (Wikipédia) «Il est l’auteur de 35 romans dont les thématiques sérieuses – le Troisième Reich, la Guerre froide, le marché de la drogue, le racisme, le fervent pacifisme de l’auteur… – n’ont nullement entravé la progression dans la liste des best-sellers. Ses livres se sont vendu à 73 millions d’exemplaires et ont été traduits en 33 langues, faisant de lui un des écrivains germanophones les plus populaires de tous les temps.» («Johannes Mario Simmel: Million-selling Austrian novelist», The Independent, 16.01.2009) => Le journal The Independent dans l’offre PressReader des BM.

L’extrait choisi_
«
Il franchit une haute porte en fer forgé pour entrer dans le parc, encore désert à cette heure matinale. En un gigantesque octogone, découpé en secteurs comme les tranches d’une tarte, poussaient des milliers de roses. Au-delà, Philip aperçut la bâtisse blanche. Appuyé contre la rambarde se tenait Donald Ratoff, gros et court sur pattes, à côté d’un homme grand et mince. Ratoff agita la main. Philip fit un signe en retour. Qui était le deuxième homme? Ratoff ne l’avait pas mentionné. À travers le lit de roses, Philip s’approcha de la maison.
«Salut», dit Ratoff, alors que Philip s’avançait vers les deux hommes. Il tendit une main molle et moite, qui se logea dans celle de Philip sans exercer la moindre pression. «Heureux que tu sois venu si vite.» Il présenta le deuxième homme, qui était vêtu d’un costume beige d’été. «M. Günter Parker, commissaire principal, chef de la Commission spéciale 12 juillet.»
«Ravi de faire votre connaissance», déclara Parker. Sa poignée de main était ferme. Il avait un visage mince et bronzé, des cheveux blonds coupés court, des sourcils blonds et touffus et des yeux brillants. Commissaire principal – pensa Philip – et pourtant si jeune. Il paraissait étrangement sérieux et triste. Philip se sentit soudain très vieux.
Le gros Ratoff, qui affichait une bouche tordue et un crâne sur lequel on ne trouvait pas un cheveu, dit: «Vous savez ce qui s’est passé à Berlin.»
«À Berlin?»
«Hier après-midi à Spandau. Aux United Remedies. C’est alors que…»
«Oh, bien sûr!» Soudain, Philip se souvint de ce qu’il avait vu et entendu sur la chaîne ZDF, juste avant que Simone ne vienne à son appartement. «Un nuage de chlore gazeux s’est échappé d’une chaudière industrielle. Beaucoup de morts. Des centaines d’empoisonnés. Des émissions spéciales à la télé… C’est pour ça que vous…»
«Oui, Monsieur Sorel», répondit Parker, qui tenait dans ses main une valise diplomatique. «C’est pour cette raison que nous sommes ici. Quatorze autres personnes sont mortes depuis que vous avez vu le rapport.»
«Horrible», déclara Ratoff en baissant le regard vers ses chaussures sur mesure Ferragamo. Les chaussures étaient d’un gris argenté, comme son costume, qu’il avait assorti d’une chemise bleue et d’une cravate à rayures argent et bleues. «Absolument horrible. Souvenez-vous, c’est nous qui avons construit le centre de données.»
«Pourquoi?» demanda Philip. «L’accident est-il dû à une erreur du centre de données?»
«Nous ne le savons pas», répondit Parker. «L’enquête n’est en cours que depuis hier. Une chose est certaine. Ce n’était pas un accident, c’était une attaque terroriste.»
«Terrible, Philip, tout à fait horrible», intervint Ratoff. «Le commissaire principal a ordonné un blackout de l’information. C’est pour cette raison que je t’ai appelé depuis le parc. Ici, nous pouvons parler sans que personne ne nous entende.»
«Comment êtes-vous arrivé à Genève si tôt, M. Parker? Je veux dire, avec quel avion?» «Un vol spécial», dit vivement Ratoff. «Nous avons atterri il y a une heure.» «Marchons un peu», dit Parker.
Dans l’octogone de roses, l’odeur devenait presque assourdissante. Il n’y avait toujours personne en vue et les oiseaux chantaient encore dans les cimes des arbres. Philip regarda, au-delà du parc, le lac luisant sous le soleil.»
(Traduction: Google Translate, retouchée par nos soins)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *